=> Pas encore inscrit ?

L'ESPACE D'INTERVENTION libre d'accès. CERTAINS ARTICLES SONT OUVERTS QU'AUX INSCRITS.

. - Début année 2012

Tu es ici:
. => Joseph TAPA => Début année 2012

<-En arrière

 1 

Continuer->


Adm
(451 articles pour l'instant)
05/01/2013 10 10 25 (UTC)[citer]
Réflexion en date du 03/06/12
Bons nombres de Noirs -Pas en...Mais- d'Occident, pour majorité à l'africanité qu'historique(!), en souffrance diverses de reconnaissance (assimilation culturelle, physique, etc; intégration servile, etc.), se disposent sous le pesant d'échecs de leurs malheureuses quêtes (non abandonnées) à s'instruire en bon soldats...prompt à redorer leurs espoirs vains par la volte face de la soumission du soldat aux ordres du supérieur...et par là sont instrumentalisés en force armée de destruction du meilleur africain.

Savez-Vous qu'ils étaient en nombres (cachés par et des medias et leur hiérarchie) à servir dans les rangs lors des agressions -soutenues internationales- en Côte-d'Ivoire et en Libye !

Ces néo tirailleurs -sénégalais-, retournent aisément le feu de leurs souffrances et armes prêtées sur l'Afrique : défenseurs au salut de rêve des intérêts de l'Occident et autre non africain au prix du sang Africain.

Et qu'ils sont nombreux avec leur supposée purifiée (!) de descendance à s'investir dans cet élan. Demandez donc à ces charlatans du meilleur par copie occidentale ou reproduction dite adaptée, s'ils auront qualité, courage et vitalité à s'opposer aux ordres ?

Ah oui pour le meilleur de l'Afrique, imaginé et instruit et distillé par l'Occident et autres, ils n'hésiteront pas à s'armer en cheville mortuaire.

Voilà en partie en quoi la consciente nouvelle génération africaine se doit dans sa bataille pour l'essor amélioré de l'Afrique : intégrée le rejet d'assimilation à ces puant à peau souvent noire et mieux se préparer à les éradiquer de la mémoire collective africaine.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 02/06/12
Hollande, Ayrault, Fabius, Valls et la France, débute leur nouvelle ère en prenant en Otage le dit président malien : prétextant le nécessaire de soin de blessure superficielle assortie d'une convalescence exceptionnelle, et ce, au nom de garantie paternelle de la démocratie au Mali.

Sacré Françafrique !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 27/05/12
Il y a des personnes rattachées à l'Afrique de part leurs parents et qui de copie -en esquive puant de déshonneur- d'autres non africains, s'évertuent à grande sueur à se promouvoir une existence publique sur le bon dos de l'Afrique à l’instar de leurs référents copiés au forceps : Le simple fait de leur offrir tribune par nos réactions est indéniablement leur porter nôtre concours à leur mésaventure ignoble.

Je vous invite à les identifier : nombreuses des plus virulent sont-elles (ces personnes) à suffoquer hors des frontières africaines en revendications d’affection et défense de la noble Afrique ; Fort souvent pour ne pas dire de toujours en suite de revers d’assimilation étrangère ou autres voies d’intégrations….arguant à juste cause la métaphore africaine énonçant qu’un bois dans l’eau ne saurait devenir autre chose quelque soit l’écoulement du temps. Soit ! Mais alors un transfuge, un renégat, se flagellant à se tuer de remords -de traîtrises profondes- doit-il pour autant être promu en représentant des nobles et dignes Africains !
Ne dit-on pas que qui a bue boira plus ou encore qui a voler un œuf volera un bœuf. Enseignement : habitude ou répétition et grandeur !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 24/05/12
D’une brève présentation, il m’apparait après l’évidence intellectuelle -une fois de plus- et du fait du suivi d’un projet, que le mécanisme d’endettement public en vogue auprès des Etats africains dans le cadre de réalisation de projets structurants, ne caractérise n’est ni plus ni moins que des voies asservissements.
Tant que l’Afrique persévère à contenir son développement -précaire- via l’endettement auprès des institutions qui lui sont étrangères, elle s’enferme de toujours plus à soutenir sa perdition !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 19/05/12
La nature du développement infrastructurel en Afrique, peu accompagné d'éducation des masses populaires dans des efforts autres que la débrouillardise et contemplation, n'est de profond que très peu positif. Cela prend ouvertement la voie d'une prise en otage de ses populations dans des réalisations jugées utiles et nécessaires mais dont ils sont savamment écartées de la maîtrise et par là ouvert à une amélioration par le fait.

Les actions politiques de grandes réalisations et autres d'achèvement de grand travaux pompeux sont peu au service des populations (économiquement très peu profitable localement : exemple les voies de transport servent en priorité à l'acheminement de produits à l'exportation...l'abandon étant le plus souvent au bout).
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 18/05/12
L'attitude de l'opposition camerounaise qui s'organise à aller chercher du soutien auprès du nouveau président français, François Hollande, en vue d'assistance à offrir aux camerounais une alternance après 52 ans de règne du même clique mutant qu'en dénomination (UNC, devenue, RDPC) est des plus désobligeante avec un fort accent de mépris des capacités de luttes des populations locales...cela devrait-il les disqualifier pour autant ?
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 09/05/12
Tant il est parait vrai que les personnes en grande souffrance interne se reconnaissent par leur infatigable besoin d'être observées (photos multiples de leur personne, accoutrements soignés de reluisant, etc..) ; il l'est tout aussi vrai d'analogie que la Femme Noire dévoile de grande souffrance un puant complexe d'infériorité manifesté par son latent besoin de participatif à l'amélioration sociale essentiellement qu'à force de considération de son charme physique à teneur sexuelle.
À croire pour cette dernière que la caractéristique de réussite dans un parcours de vie est exclusivement gouvernée par la qualité de sa représentation physique. Trop souvent pour ne pas dire de permanent sa considération/représentation à la construction sociétaire s'exprime en puérile et juvénile quête à séduire par son image extérieur.
Voilà en partie en quoi cette dernière, dans cette représentation ou suivant ce schéma, n'est que peu utile à la matérialisation laborieuse de la construction africaine : plus en vue est-elle et de forceps à la distraction.

Y'A du ménage social d'envergure à faire ; et dont-il importe d'absolu d'extraire d'éducation(révision profonde) la nouvelle jeunesse féminine...sous peine de perpétuer le chaos que colporte bons nombres des femmes actuelles dites modernes.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 09/05/12
L'intellectualisme aurait d'une qualité d'être nourri de riche diversité qui s'exprime au travers des Hommes dit intellectuels ; est d'effet d'être censé enrichir de constructif sociétaire et accompagnement évolutif les masses populaires : Là s'arrête sans doute la beauté d'annonce concernant le dit intellectuel Africain !

Son talent sous ses aspects restant vraisemblablement à découvrir.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 26/04/12
Le positif de réel d'une prise de conscience est la manifestation sincère et soutenue d'une dénonciation pour laquelle l'on n'a de cesse de se battre devant les siens et Tous d'opportunité.

Interpellez Vous sur le caractère de vos dénonciations -quotidiennes!- pour en juger la portée et impact et surtout incitez et/ou éduquez nos jeunes Africains (....!) à la conscientisation par la force de la dénonciation.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 24/04/12
Un massacre génocidaire est actuellement en cours en Afrique, dans le territoire dit la Libye, contre des populations en raison de leur singulière essence de couleur noire.
Ce qui occupe les dits intellectuels noirs Africains (d'origine pour bon nombres tempêtant à tout va d'indélébile africanité et speudo objecteurs de conscience rêvant d'êtres portés aux destinées des États africains : c'est de déblatérer sur l'issue de l'élection présidentielle française. Nombres arborant l'opportunisme de soutien aux colistier français fort de fétides félones inavouables intentions indubitablement contraire aux intérêts de l'Afrique.

Il vrai que dans le collectif conscient -Africain-, il importe/pèse aux occidentaux (qui ont bon dos en l'espèce) de laver le déshonneur des Africains...et par là de se saisir (via leurs moyens sociétaires, communicatifs et politiques) des questions relatives aux cessations des turpitudes africaines !

Croyez vous que si une frange de la population juive rattachée à l'État d'Israël (bien moins victime d'histoire d'horreurs macabres que les populations africaines) ait été objet d'un simple massacre où que se soit de par ce monde : les ressortissants de cet État où qu'ils soient établis auraient pour principale occupation l'issue électoral français ?

La nécessaire qualité -future- de responsable Africain ne devrait plus être ouverte à lueur du niveau et de la qualité intellectuelle des prétendants !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 22/04/12
En ce jour électoral en France, s'enclenche le compte à rebours de durée de certains régimes Africains. Malin qui saura quel sera le premier pays qui en ferra les frais des mécontentements (peu ou rétif de soutien : éco-financier) sous l'invocation tempêtée de sacro sainte nécessité de modernité sous cris de démocratie salutaire au mieux être des Africains...

Toutefois, l'interpellation est des plus fortes concernant le Prix de la durée ou rénovation pour continuité des régimes de Ouattara en Côte d'Ivoire; Condé en Guinée-Conakry; Issoufou au Niger; Rajoelina à Madagascar; Bozizé en Centre Afrique...en cas de déboulonnage de leur parrain Sarkozy.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 08/04/12
Les principes et autres résolutions philosophiques s'adaptent à l'évolution de l'Homme (ne sont jamais irrévocable) et son environnement...et delà ne sont pas immuable comme peuvent l'être de difficulté certains faits de l'Homme (pour exemple : difficile de redonner la vie après un fait mortel).

L'environnement africain suivant le pas de l'évolution de l'Homme....de quel bon sens le principe de l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation (vestige de la domination abjecte et néfaste départition) se doit d'être immuable ?
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 07/04/12
La solution de façade qui se présente en rapidité de succès de la CEDEAO, qui par ailleurs pointe sa limite en portée en ce qu'il tend à humilier à nouveau le Mali rabaissé à des négociations via l'entremise d'un simple ministre burkinabé, sous l'invocation d'Accords Cadres de sortie des crises sociopolitiques...par l'énonciation de la retransmission du pouvoir en respect des règles constitutionnelles (pourtant bafouées en décembre 2010 chez le voisin Côté d'Ivoire et méconnues et jamais imposées à Madagascar...Pis de la Somalie) régissant la vacance présidentielle au bénéfice du président de l'assemblée nationale (art 36 constitution) et une supposée (momentanée) amnistie des militaires (le Capitaine Sanogo restant dans l'armée....dont-il a de majorité le soutien pour l'heure), N'A DE MÉRITE QUE LE SEUL RÉEL BÉNÉFICE DE SAUVETAGE de la démocratie pourtant au coeur des problèmes de fond du Mali.

Est-il envisagé comme cela fut le cas au Sud Soudan de solliciter l'avis des populations touarègues dans le viel revendicatif d'autonomie de la région dite de l'Azawad ?

Le coup d'État du 22/03 du capitaine Sanogo n'exprime t-il pas l'indécence de la démocratie à porter aux affaires publiques d'ectoplasmes politiciens ?

La force armée mise en alerte tambours battant par la CEDEAO ne sera donc plus déployée au front du Nord ? Mais à la sécurité de la démocratie via ses nouveaux dépositaires issus de l'accord ?

La démocratie doit d'ultime prédominer les problèmes de fond...qui eux (Pb de fond) ne doivent trouver solution que via l'entremise démocratique : donc sans elle (démocratie) l'Afrique n'est que terre d'infamie ?

Ah les Tontons "macoutes" refont surface...aucuns principes n'étant pas immuable, l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation ne saurait plus être érigé en Sainteté en raison d'une part des évolutions marquées par le Sud Soudan et l'état de fait depuis 1991 du Somaliland et d'autre part en ce que les causes d'époques souffre d'harmonie d'avec les réalités et nouvelles aspirations des populations africaines. L'URSS a bien éclaté en Occident...les Balkans...sans que cela soit la marque démocratique et ne caractérise l'insoutenable !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 04/04/12
Pensez vous que le successif des défaites de l'armée malienne débutée sous l'ère du président déchu ATT par les putschistes sous la direction du Capitaine Sanogo, n'aurait pas eu lieu sans l'irruption du coup d'État ?
ATT vraisemblablement conscient des lacunes de l'armée, ce qui lui est reproché par les putschistes, et fort de son attribut de garant de la souveraineté en qualité de president n'opta t'il pas à la négociation avec ses frères maliens des tribus Maure, Toubou, Touareg ?

Pensez vous que la perte de contrôle des villes de renom du Nord Mali qui débuta sous l'ère ATT, aurait été consécutif de condamnation internationale de son régime ? Au point que la CEDEAO s'inspire à y intervenir militairement ? Le Mali l'aurait-il accepté ? Où il aurait fallu y aller contre son gré et sa souveraineté au nom de l'ingérence...hum...Démocratique ?

Le putsch au Mali n'a t'il pas bon dos pour des obscurantistes ?
L'armée malienne est en débandade...certes...mais a t'elle fait ou laisser comprendre qu'elle n'est et ne serait pas en mesure de faire face si restructurée ? Pourquoi est-il difficile de lui octroyer les moyens militaires nécessaires qu'elle réclame comme cela fut largués aux présupposés révolutionnaires libyens ?

Ah oui avant toutes autres formes de réflexion, il importe de formel que la démocratie soit respecté et que pour cela les militaires restituent le pouvoir aux civils....mince la forme prime sur le fond alors ? Le problème au coeur de l'imbroglio malien n'est qu'accessoirement démocratique. Alors pourquoi vouloir faire prévaloir la question démocratique ?

La démocratie est certainement le tombeau de l'initiative africaine !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 02/04/12
La représentation décevante de l'armée malienne carapatant devant l'avancée des rébellions Touareg, abandonnant des villes non attaquées, au delà des carences du niveau de formation des militaires et de celui d'équipements et soutient des troupes, n'est pas exceptionnelle. Cela aurait été à l'identique dans n'importe quels pays africains.

Les causes sont multiples...imposant de nécessité que soit mise en place des armées sous-régionales sous effectif et commandement de sous-région voisine.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 01/04/12
En quoi serai-je en erreur ?
L’action et la générosité en tous genres de bons nombres d’Africains sont essentiellement diligentées d’un narcissique rayonnement personnel. Une sacro sainte pesante volonté d’être vue/perçue de qualité et d’exceptionnel exclusivement parmi les siens et enviés, idolâtrés. Et pour cela ils déploient une énergie sans relâche et ne souffre en ce sens d’aucuns compromis quitte à perdre vie et dignité.
Là où pour l’Arabe (non Africain), l’action et sa générosité sont diligentées par le vœu d’islamiser ou de grande considération de l’islam.

Là où l’occidental est lui diligenté dans un souci de supériorité et fort d’imposition de cette croyance s’évertue pleinement et concrètement au soutien d’autres.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 23/03/12
Après avoir en mars 2008 constituée une hétéroclite force armée africaine (2000 hommes) sous financement et logistique de la communauté internationale non africaine et sous le revendicatif de force de l'union africaine pour aller déloger le colonel Mohammed Bacar et ses 100 gendarmes sous équipés sur son île comorienne d'Anjouan avant de le conduire en exil en France ; L'union africaine(U-A) s'en remet à nouveau sous l'égide de la communauté internationale au travers des Usa en constituant une autre hétéroclite force de 5000 hommes pour capturer le chef de guerre ougandais Joseph Kony apparemment localisé en Centre-Afrique où s'est établi pas moins de 500 soldats Us.

Décidément, les muscles de l'U-A n'ont de beauté qu'à l'égard d'individu finissant et disqualifié d'avenir ! Incapable est-elle de défendre l'intégrité territoriale et politique africaine et ces États.

La question du maintien de cet organisme en l'état actuel de ses incapacités innombrables s'ouvre de plus bel.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 12/03/12
Dans un souci d'incitation à l'amélioration des structures et infrastructures médicales en Afrique, par ailleurs bien fourni en compétences humaines de trop émigrées : IL DOIT ÊTRE INTERDIT DE SÉPULTURE EN AFRIQUE DES DIRIGEANTS QUI VIENDRAIENT À DÉCÉDER DANS DES HÔPITAUX HORS D'AFRIQUE. Mesure qui pourrait dans une large mesure en fonction du rang de responsabilité, s'appliquer à leur famille en ligne directe.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 08/03/12
Rare sont les journées de reconnaissance (commémoration) qui transposent un symbole de luttes en faveur de l’amélioration de la condition humaine. Celle-dit du 8 mars, communément appelée la journée de la femme, caractérisant les luttes d’égalités de sexe dans les sociétés occidentales se réfléchie en Afrique conquise de la bravoure d’autres par des excès en tout genre : débauche de toute sorte, revendications compensatrices tous azimuts éloignées de combativité, festivité illuminée, etc.

Il doit être sollicité au vu du niveau de délabrement en vertu familiale de la femme africaine, au cœur de la société africaine en tant que mère, femme, compagne, sœur, fille et donc les carences et nombres d’inactions valorisantes en l’amélioration de l’essor africain caractérisent l’indécence de festivité : Que cette journée se structure d’avenir par des séances collectives -obligatoires- d’éducation et rénovation/réimplantation intellectuelle des valeurs dans un participatif constructif et combatif éloigné de simple réclamation ou excitation mineure.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 26/02/12
J'ai longtemps cru que c'est le dépit qui de colère plongeait mon esprit dans ce que je reléguais de coup de sang de mauvaise passe et dont je vous livre ici la teneur :

Je suis d'accord que majorité, si ce n'est la totalité, des leaders passés et encore en vie et ceux actuels en exercice en Afrique soient conduit de retraite dans les méandres de la justice et finissent Tous en prison....feutrée en faveur des responsabilités occupées tant bien que mal et cela en grande mansuétude.

Mais si les moyens de mise à disposition (arrestation) à la voie de justice (tribunal) et conclusion/condamnation (enfermement) doivent être étrangers aux Africains...Alors qu'ils (leaders) vivent de joie et restent pour ceux en exercice à vie à leurs fonctions.

N'en déplaise aux tenants misérabiliste des bienfaits de l'assistance pour se dévoiler une existence !
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 23/02/12
Afin de lever nombres de quiproquos et que cessent des malentendus concernant mon utilisation d’adjectifs (Grand Frère, Monsieur, etc.) en préfixe de dénomination des personnes ; Tout aussi soucieux de respect des bienséances du moment :
1- Je réserve l’emploi de Grand Frère, essentiellement aux Africains, du moins une catégorie de mes aînés qui de mérite (rang social et actes) imposent le respect. Celui de Frère essentiellement a ceux de ma génération, jeunes et autres aînés.

2- Je réserve l’emploi de Monsieur et autres civilités aux non Africains desquels se rangent les Noirs naturalisés aux identités territoriales non africaines.

3- Il est des étrangers de naissance et certains naturalisés aux identités territoriales africaines, dont l’activité au service de l’Afrique m’impose sous cette condition d’activisme la reconnaissance de l’emploi de Grand Frère.

En toute égalité, j’emploi d’identique cette marque de bienséance concernant la gente féminine.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 14/02/12
Qu'il est exécrable le compulsif des Noirs à exceller de riposte verbale et autres vitupérations aux fétides excitations intellectuelles qui de charivari leurs sont pendu sous le nez.

Certainement en quête de combat politique existentiel, et dont le brio se trouve être qu'esclandre, des raouts s'organisent sur la toile en soutien d'un député français s'étant insurgé contre des salmigondis propos d'un sacripant responsable français. L'excitation Noire s'orchestre autour d'un certain courage....LEQUEL ? Celui d'avoir du haut de sa qualité de représentant d'être sortie de l'anonymat par le brio de riposte verbale !!!!! C'est donc là la quintessence du courage Noir ? Savoir : dans cet unique cas et en parallélisme de forme, répondre vigoureusement ?

Bons nombres diront d'accoutumance que c'est un début encourageant....étonnamment le début exalté de convulsif semble être de pratique soutenu l'excellence niveau capacitaire.

Pathétique, l'excellence Noire trouverait excitation selon convenance étrangère au Noire.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 03/02/12
N'en déplaise aux esprits englués dans la panade, il me parait opportun un petit rappel en réaction aux incantations relatives à la menace électorale française des ressortissants de type noir et trop souvent indécemment qualifiés d'Africains.

J'ai réagi sur une page à l'appel fait aux Africains-français dans le cadre de la présidentielle française de la sorte :
"Ça veut dire quoi Africain-français ? Quelle déréliction. Quelle revendication attachée à une misère intellectuelle innommable et inconnue de ressortissants d’autres continents.

Sur la question de poids électoral des ressortissants de la société française multicolore de type noir, il est opportun de savoir en réel ce qu’ils représentent dans l’électoral avant de se pencher sur l’hypothétique poids que l’on pourrait leur attribuer.
D’un simpliste raisonnement, ces français de type noir sont essentiellement installés dans les grandes agglomérations (Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, etc.) où ils ne représentent qu'à peine 30% d’inscrit sur les listes électorales et de même au sein de la population de leur lieu d’établissement. Hors la majorité des électeurs français sont localisés en campagne, ce que certain dénomme la France profonde, ou siège l’essentiel des collectivités territoriales (véritable niveau de pression publique). De sorte que le vote dans les grandes agglomérations n’est que peu significatif (caractérise plus une tendance) dans l’ensemble du suffrage électoral.

D’où l’interpellation, à lueur de cette simplicité, d’entrevoir en quoi les français de type noir peuvent réellement peser sur une élection au-delà des localités d’établissement et d’envergure nationale ?

En finalité, en appui d’un récital d’un parchemin fort affectionné des français de type Noir (pour majorité renégats d’ascendance africaine) : il serait bienvenu que ces derniers s’occupent de la poutre obturant leur visibilité et se délaissent des pailles africaines.

Les Africains (les véritables), de plus en plus libres, décomplexés et avertis du puant des transfuges, ne se revendiquent pas d’autres rattachements que les territoires de repos de leurs ancêtres dont-ils luttent de quotidien pour l’honneur et respect. "
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 01/02/12
Je ne sais si l’on peut parler de démocratie, car pour ma part je ne sais véritablement ce que c’est ou du moins ou cela s’applique concrètement sans mettre en émoi les populations. Pour ce qui est du cas des séditions au Sénégal, il est une fois de plus présenté par la voix du peuple en colère, la nécessité de revoir en profondeur les strates organisationnelles. Et de celles-ci, il devrait être inamissible qu’au-delà de 75 ans une personne puisse être en charge directe, au lieu et place de conseiller ou assistant, du destin d’une nation vivace et jeune.

Wade, par son entêtement à conserver le pouvoir à tout prix y compris de celui d’y mourir au pouvoir, révèle indécemment l’immaturité politique d’une certaine génération embrigadée dans le conflictuel du rayonnement du pouvoir et celui des conséquences environnementales (au plus bas judiciaire) de sa perte.

L’émotion ici aussi surpasse l’intellect, et il n’est pas médisant de se poser la question à savoir si à 85 ans, tel Wade, il est en mesure d’allier santé intellectuelle avec le mécanisme physique du corps humain confortant la santé intellectuelle.

Je ne dirai pas Wade dégage comme le ventile les uns et autres, le rapport de force même verbal n’est aucunement facteur à bonne volonté. Sans qu’il soit besoin de négocier un parachutage à la Senghor à l’académie française ou Diouf à OIF (ce qui au demeurant caractérise une insulte honteuse aux populations africaines…là n’étant le sujet), il doit être proposé à Wade un rôle de parrain de l’Etat et délégué à une institution africaine, comme ce fut le cas pour Alpha Oumar Konaré du Mali.

Ainsi, les forces en armes, garant de l’intégralité territoriale, de la sécurité et de la paix doivent être mis en responsabilité (voir par menace directe à leur entourage) et faire droit au devoir qu’ils leur incombent en invitant le vieux Wade à s’inscrire dans la tâche de parrainage qui lui pèse dorénavant au risque d’être mis aux arrêts comme le fut Mamadou Tandja du Niger. Si cette option venait être actée, Wade et sa famille y compris politique, doivent être mis en responsabilité afin d’assumer juridiquement et surtout financièrement l’ensemble des dépenses publiques liées aux différentes manœuvres ayant conduit au retour de la paix publique.

Enfin, il est très inconvenant d’entendre certains éperdus solliciter le recours aux forces étrangères (politiques dans un premier temps) et non africaines pour porter raison au vieux Wade. Attitude déshonorante en profond et inadmissible devant les efforts de terrain que manifeste courageusement une population à qui des renégats entendent ainsi lui voler sa bravoure
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 29/01/12
La nouvelle capacité ou voie des bâtisseurs Africains, l'indépendance et révolution des mentalités acquises, s'illustre (???) dans l'acquisition du siège des institutions de l'Union Africaine, en Éthiopie, par un don de la Chine : " qui a construit en moins de deux ans et demi le nouveau complexe, et payé la totalité des coûts pour un total de 200 millions de dollars (154 M EUR), mobilier compris.
L'U-A y dispose désormais de plusieurs salles de conférence dont une d'une capacité de 2.500 personnes, d'un amphithéâtre extérieur de 1.000 places, d'un centre commercial, d'un héliport et de bureaux pouvant accueillir 700 fonctionnaires...."

Je ne sais par quels subterfuges plonger en complaisance mon esprit !

La douleur n'aurait-elle plus d'effet sur les consciences africaines ???
Il manquerait à ce point en Afrique des compétences techniques et capacités physiques et financières pour bâtir une case familiale au lieu et place du baobab à palabre planté par nos ancêtres ???
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 27/01/12
Il est un principe naturel qui voudrait que l'on ne saurait se lancer dans les joutes électorales quand le territoire qui est sien est objet de crise guerrière ou forte tension sociale. De sorte que l'on ne saurait parler d'élection quand la guerre est interne ou se porte chez soi !

De cette perception/conception, devrait-on voir en l'Union Africaine (U-A), une nébuleuse qui se moque des populations africaines ?

Alors que le continent dont-elle entend être représentante à l'échelle internationale et mondiale se meurtri de déliquescence (conflit à l'Est de la RD. Congo ; Guerre en CentreAfrique ; Sédition au Nigéria ; Violences à répétition en Egypte, idem en Tunisie ; Guerrilla en Libye ; Prise en Otage de Madagacar ; Partition du Soudan et guerre d'appui ; Captation monarchique au Togo et Gabon ; Conflits ethnique en surchauffe au Kenya ; Etc.), la diplomatie africaine est survoltée par l'élection du président de la commission de l'U-A.

Triste contemplation de l'efficacité Africaine à la quête de prébendes....voilà en partie ce qu'être un intellectuel Africain : Un excité à la reconnaissance honorifique !

Le président sortant, candidat d'origine gabonaise, doit être destitué d'une part pour avoir donné libre cours à cette fourberie et d'autre en sa qualité de représentant d'un État dont la dévolution successorale familiale à la présidence de l'État du Gabon n'est ni plus ni moins un déshonneur continental.
La challenger, candidate de l'État d'Afrique du sud, doit être disqualifiée tant que son pays (tête de pont de l'Afrique australe) et principal négociateur dans la crise malgache, n'est résolu sincèrement cette crise, y compris si son pays d'origine se délaisser de sa mission à la crise malgache.

L'Afrique perd de trop sa dignité.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 26/01/12
L'union Africaine (U-A) se prépare à nouveau à un rassemblement de pure formalisme, structurée en évocation de façade d'actualité africaine, sans qu'il ait été concerté de profondeur sur des résolutions utiles et nécessaires.

Quelles seraient, selon vous, les discussions utiles et orientations nécessaires qui mériteraient d'être mise en chantier ?
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 22/01/12
Bien qu'il soit fortement dommageable que majoritairement les Africain-e-s soient sujet à de grave incurie d'éducation et partant là de perceptibilité, etc..., il est des plus navrant de constater que dans l'ensemble, ils n'exposent excitation de voyeuriste qu'à la lueur de chiffres et autres ragots. Faisant montre d'incapacité à s'induire de la portée de toute information.
Et Grave d'en susciter réaction autre que le colportage à tout va sous l'empressement d'être d'importance, car se voulant de haut de coeur être reconnu comme étant au secret.

Observez donc dans votre entourage ! Faites en la dure (euphémisme) expérience.
-------------------------------------------------------------------------------
Réflexion en date du 22/01/12
Je me demande encore et encore qu'elle est véritablement le profit de l'addiction à la démocratie (avec le sceau d'invocation de république) en Afrique. Tant il m'est plus que incroyable de constater que ce système organisationnel ne porte -par lui et via lui- majoritairement aux affaires publiques que les moins aptes à diriger.

Peut être pourriez vous repousser mes limites de perception/compréhension.
-------------------------------------------------------------------------------



Ensemble des thèmes: 467
Ensemble des articles: 451
Ensemble des utilisateurs: 28
Actuellement en ligne (Utilisateurs enregistrés): Personne crying smiley

PLANCHONS SUR LES CAUSES AVANT
LES CONSÉQUENCES DES MAUX AFRICAINS.


214730 visiteurs (628619 hits)
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement