La constitution des leaders Africains piège t-elle le futur de l'Afrique ?
le 26 juin 15
 
Une des hideuses facettes des actuels leaders Africains se dévoile de leur engouement à recourir au populisme primaire

-de solidarité continentale africaine- pour taire leurs incapacités à donner vie aux attributs qui leurs sont reconnus de souveraineté et dévolus de fonction…

 

À tout prétendu méfait asséné de/par l'étranger à l'endroit de Afrique ou d'Africains (plus souvent les acolytes séides des leaders africains…dont Paul Kagame -Rwanda- dans une dénonciation qu'il entendait intelligente venait à distinguer les Africains en s'offusquant du traitement de migrant -justifiable visiblement pour les autres africains !!!- porté à son chef des renseignements intérieur Emmanuel Karenzi Karake mis aux arrêts au Royaume-Uni conformément à un mandat d'arrêt international émis par la justice espagnole), le courroux africain se résume de toujours par la dénonciation stérile à voire puérile en espoir d'attiser la vaine colère africaine et perfidement comme à l'accoutumé en attendre compassion internationale au sort de l'Afrique actuelle de toujours ramené/confondu à son passé de victime de la barbarie coloniale…

 

C'est bien ce qui se dégage des prises de paroles des leaders africains au sein des institutions internationales telle que l'Onu, où pendant que les Occidentaux se projettent sur les défis du futur de l'humanité, les leaders africains eux excellent en diatribes à la dénonciation des faits par eux subis !!!

 

D'autre vue, nombreux sont-il ces leaders Africains qui par ailleurs dénoncent les faits de la cours pénale internationale (Cpi), à l'encontre majoritaire des Africains au demeurant traduit à cette instance judiciaire par le fait unilatéral des gouvernements africains (paradoxe), mais n'agissent autrement qu'en quête de populisme primaire par effet de titiller de tempétueux la solidarité infructueuse d'avec les populations africaines, tout en escomptant (principale cible) que les occidentaux volent de compassion à leur sort… Jamais ils n'agissent ou ne marquent leurs lectures d'actes concrets à leurs dénonciations… Pour exemple, cela fait bientôt pas moins de 5 années que certains leaders Africains fustigent la Cpi, mais n'ont aucunement entrepris d'actes poursuivant de dénonciation d'adhésion à s'y extraire. Il en est de même d'avec la monnaie commune à pas moins d'une dizaine de territoire africains : le Franc de la communauté économique française d'Afrique, anciennement franc des colonies françaises d'Afrique (Fcfa).

 

Le constat en est, de navrant sans nul doute pour l'honneur africain, que les actes suspicieux à dominateurs des étrangers à l'endroit de l'Afrique et de l'Africain ne font à jamais objets d'oppositions voire de représailles africaines…; Au contraire, l'esprit africain porté de haut lieu par leurs leaders se reflète (s'émerveille) de la dénonciation à attirer la raison étrangère (compassion) afin que d'elle-même s'excipe (se mue) la cessation aux actes nuisibles à l'endroit de l'Afrique ou d'Africains !!!!

 

Suivre ou emboîter le pas de la posture des leaders Africains, sans en combattre ces leaders Africains, pour une personne soucieuse de la représentation africaine de par ce monde, ne serait-il pas tout bonnement être membre d'une émanation de fumier

 

La profonde problématique…

 

À moins de bénéfice favorable de circonstances positives, ce que l'on perçoit généralement par l'épithète de chance, l'on ne résout pas une problématique sans en connaître préalablement les données et de grande qualité d'esprit en savoir des causes des données !

 

L'Afrique actuelle est minée de mauvais attributs de construction sociétaire (qualité des acteurs publics particulièrement, déficit de qualité de formation des masses, difficultés d'émergences des dynamiques propres à la matérialisation sociétaires, etc.) entravant que trop les perspectives d'amélioration d'ensemble de la représentation et expression africaine de par ce monde. Ce qui conduit de plus en plus sa jeunesse en perdition et de conséquence son futur en poursuite de dépendance étrangère sous le pesant d'assistance et secours humanitaire...

 

L'analyse des éléments concourants à cet état de fait renvoi certes au passé tortueux des Africains comprimés par les dominations étrangères et coloniales, mais bien plus depuis la fin des colonisations et la survenance des indépendances : De l'attitude des classes dirigeantes qui s'y expriment depuis lors à l'essor de l'Afrique. Là s'en trouve le nécessaire pour la jeunesse africaine de libérer les artères du futur de l'Afrique de cette classe scarifiée de jeunesse de colonisée et dont l'expression ne saurait être autrement que reproduire ce qui fut leurs conditions et donc en impossibilité de se transcender faces aux nombreux défis actuels de la représentation africaine de par ce monde.

 

Le défi qui pèse le plus à la jeunesse africaine actuelle, de bonne logique et impact de futur sous leur emprise, est de ce libérer avant tout, renvoyer à la retraite coûte que coûte, des artères de l'impulsion publique (toutes formes de responsabilités) ces générations aux jeunesses des colonisées. Cette génération (celle d'avant les années 1970 en particulier) dont le quotidien fut de brillant la soumission et de loin vertueux de courage politique à manifester une réelle emprise sur la construction sociétaire africaine. L'état actuel de l'Afrique en est de leurs fautes !!!! Ils n'ont d'ardeur qu'à poursuivre ce qui fut le principal de leur éducation dans la soumission et l'attentisme de l'étranger à quelconque expression de la construction sociétaire, favorisant l'inoculation de faiblesses psychologiques multiples au sein des populations.

 

La gangrène tout comme le cancer ne se traite, pour espérance de guérison, qu'en concours de moyens drastiques et violents !!!! Encore que là l'humanisme impose que ces générations aux jeunesses de colonisées soient mise en retraite pour le meilleur de l'Afrique, et le bien-être des Africains, à se mouvoir autrement sur les traces de la dignité...

 

La poursuite du meilleur impose des changements....

 

Le meilleur est-il envisageable en Afrique dans la poursuite des pratiques d'autres temps, nombreuses ayant été édictées pour déshumaniser en avilissement l'Africain !!!

 

Exemple: réhabilitation d'infrastructures qu'à l'accueil d'étrangers occidentaux ; Manifestation de joute et danse culturelle à l'accueil ; Disproportion risible des festivités d'accueil d'étrangers occidentaux ; etc. La mendicité d'assistances diverses et variées, sans en être inscrites voire gravées de l'infini temporelle, ou les contraintes des faiblesses portées, ne pouvant justifier tout ou du moins que la dignité soit éternellement foulée...

 

La matérialité du changement pèse aux générations nouvelles...

 

Quoi que fasse les générations actuelles aux destinées africaines, trempées de jeunesse soumisse de colonisées dont-elles ne s'emploient à s'extirper, leur posture d'éternelle soumission ne saurait être héritage pour les générations nouvelles.

 

La complicité de lutte en soumission auprès de leurs mentors (occidentaux) à l'appauvrissement des générations nouvelles africaines, ralentie certes la matérialité du changement (rupture comportementale...salutaire) mais ne saurait annihiler.

 

Le meilleur de l'Afrique impose le changement générationnelle dans la conduite des destinées des territoires.

 

L'abattement étranger…

 

Les deux derniers présidents français, l'actuel François Hollande et son prédécesseur Nicolas Sarkozy, ont eu beau à leur survenance au pouvoir faire entendre qu'il souhaitait que se termine ce qui est appelé Françafrique...qu'aucuns de leurs homologues au pouvoir en Afrique n'aient exprimé le besoin de leur emboîter le pas et s'extirper par là de ce qui aurait bon dos pour conceptualiser les faiblesses africaines !!!!

 

Ainsi donc, de profond, la dite Françafrique sert au plus haut les Africains qui, d'attitude de colonisés souhaitant plus que tout qu'à ce que le maître s'emploie à leur bien être, ne veulent en réalité être mis en réelle responsabilité fasse à leur devenir. Ah la révolte contre la Cpi porte bien ce parfum....

 

Un fait se dégage : le meilleur de l'Afrique ne passerait et se traduirait par une certaine génération...bien moins décomplexée que marquée de jeunesse de colonisée.

 

Joseph TAPA                                                  Ü  Accueil

Lire aussi
Ôter le masque de l'indécence se peut-il !
Et si on se disait les vérités sur les guerres en Afrique

Le renouveau de l'Afrique(...) un Hiatus d'avec les générations
L'Affaiblissement de l'Afrique symbolise l'Africain

Retrouvez d'autres Publications de cette Catégorie en Cliquant sur ce texte

                                                                                                                 G  Haut
Copyright © 2008-2015 "visionafricaine.com" Tous droits réservés.

PLANCHONS SUR LES CAUSES AVANT
LES CONSÉQUENCES DES MAUX AFRICAINS.


138216 visiteurs (372936 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=