Causes et responsabilités de l'actuelle violente émigration africaine !

le 06 août 2015

La problématique des migrants aux portes de l'Europe, de politique qu'elle l'est, reste fortement marquée du rétif des Etats à y porter résolution en raison des conséquences découlant.

Conséquences ouvrant en prémices à la destruction, par les générations nouvelles, du cadre sociétaire prédéfinie pour l'Afrique, jumelée d'inévitable mise à mort de la domination psychologique couplée à la perte des rentabilités matérielles en Afrique.

 

Cette problématique de l'émigration qui n'est pas propre à l'Afrique, mais qui parcoure le monde de ses quatre points cardinaux depuis l'aube des temps, se révèle particulièrement dans la persistance des difficultés de l'Homme à s'accommoder avec son environnement. Dans le contexte actuel africain, se met en exergue une double fatalité d'aboutissement structurée : au travers de l'origine et du contour indigeste des sociétés africaines actuelles, d'une part, du développement des incapacités des organisations sociétaires et des Hommes à entretenir le rêve africain (harmonie avec l'environnement), d'autre part.

 

De l'origine de la problématique et contour indigeste à son ancrage.

 

À ne pas en douter, la contradiction se risquant d'embaumer la mauvaise foi. La base de cette problématique de l'émigration africaine, en terre étrangère, tient pour socle le fait que les Africains aient entendu renoncer à s'exprimer d'eux-mêmes et par eux-mêmes sur l'aménagement de leur environnement. Il faut bien le dire, l'Europe n'a de vigueur enviable conquise l'Afrique, mais bien au contraire, certains Africains ont livré les territoires d'Afrique à l'Europe (et à nos jours une autre marmaille s'afférent au bénéfice de l'Asie) ! La facilité de l'implantation occidentale en Afrique ; L'aisance de la commercialisation de l'Homme Noir en esclavage ; La simplicité de l'instigation à l'initialisation des colonisations en sont preuves criardes !!! Quant à ce qui est nommée décolonisation, de fond moqueur, chantonnée par une bande d'ahurie, cet aspect là aussi ne fut le fait impératif d'Africains…, mais bel et bien la fuite devant responsabilité des colons, face aux évolutions philosophiques (reconnaissances de droits divers à l'espèce humaine unanimement) qui furent leurs au demeurant !

 

Pour mieux ancrer d'acquis cet état de fait de livraison de l'Afrique aux puissances étrangères ; Celles-ci, heureuses puissances étrangères, se sont appliquées à neutraliser les plus valeureux Africains avec la sordide complicité de minables Africains (l'hérédité n'étant pas concordance…). Fort d'un atout inespéré, marqué de l'engeance de minable Africain, ces puissances étrangères s'en sont à cœur joie adonnées à la destruction psychologique et organisationnelle africaine. En imposant pour le faire des modes/méthodes/expressions exténuants, avec comme nectar du mal (maléfice) le positionnement en leader des nations africaines, constituées par ces puissances étrangères, de mal constitués (colonisés profond…indéniables incompétents) -prétendument- aux destinées des territoires d'Afrique. La conséquence en est autrement visible par l'engouement hardi à l'émigration chez la jeunesse africaine (nouvelle génération), refusant l'étoffe de colonisée. Indiscutablement cette jeunesse africaine n'exprime de souffrance qu'à s'éloigner des suppôts.

 

L'Afrique livrée à d'autres : quoi en somme de moins normal que les Africains émigrent ailleurs !

 

Des incapacités des Hommes à entretenir le rêve africain.

 

Le fait le mieux parlant résulte de l'attitude d'espérance du salut africain dans les traces étrangères (assimilation en renonciation de propres facultés) que colporte l'infectieuse génération des suppôts du mal marquée du fer de jeunesse de colonisé, qui n'ont de toujours porté et exprimé comme rêve que d'en requérir aux puissances étrangères pour voir honorer l'Africain. Cette infectieuse génération portée aux destinées des territoires d'Afrique, au service des puissances étrangères avant tout et dont de loin à l'émergence et l'appropriation de l'environnement africain par des Africains, n'a de toujours pas, une cinquante d'années après la transmission à elle (indépendance) des rênes de la construction sociétaire africaine, pu générer/susciter/enivrer/exhaler, de fierté, le rêve africain. Favorisant par la même, tout bonnement l'engouement à l'émigration de cette jeunesse (nouvelle génération) habitée à marquer et s'approprier autrement le devenir des territoires d'Afrique : Ce n'est de fond, de compréhension/constatation, guère la pauvreté (qui se combat à mort dans un environnement sain) qui dynamise l'émigration africaine, mais bel et bien les écueils existentiels (obstacles de paumés) qu'entretiennent les générations hagardes de colonisés (malédiction africaine) à l'expression distinctes des nouvelles générations d'Africains.

 

Le système sociétaire organisationnel en vogue en Afrique, autre legs de la destruction -dit bien fait hérité de la colonisation- programmée à la pérennité de domination étrangère, s'illustre indéniablement de réussite dans la mécanique de tétanisation des populations. Avec comme efficience le développement des corruptions. Tout peuple tétanisé rivalisera d'astuces pour vaincre la peur…quoi de mieux que la corruption dans tous aspects ! L'infectieuse génération de colonisés s'en est engouffrée et s'en donne à cœur joie au développement de la corruption (pourrissement de l'environnement local) en guise de nuire à l'expression distincte des nouvelles générations.

 

L'Afrique entretenue et contenue dans les voies peu vertueuses de la domination étrangère : quoi en somme de moins normal que l'émigration en soit salut !

 

Esquisse de faisabilité réaliste en soi et irréaliste d'intérêts politiques.

 

La problématique de l'émigration en masse africaine se structure autour du mal être des nouvelles générations des populations africaines à s'exprimer et vivre dignement au sein de leur espace vital. Cela se trouve être la conséquence du rapport de coalition d'intérêts entretenus par l'infectieuse génération de colonisés, d'avec, et poursuivi par les dites anciennes puissances coloniales. Un fait s'extirpe de salutaire à ce rapport malfamé : mieux vaut que les nouvelles générations africaines entretiennent le rêve d'une possibilité de mieux-être, fusse-t-il à travers la fuite de l'Afrique, que d'avoir à être excitées, par le biais de neutralisation de rêve, à détruire les profits de la coalition et de réduire à néant la juteuse domination psychologique des territoires d'Afrique.

 

De cette approche, il transparaît -de fond- le non intérêt pour la coalition à s'attaquer sincèrement à mettre fin aux rêves d'émigrations de cette frondeuse nouvelle génération africaine. Ce qui l'est pervertie en accompagnement souligné par le recours à de savantes idéologies d'assistances sur fond d'humanisme.

 

La réalité actuelle en est que le flux migratoire africain se réduirait drastiquement si l'infectieuse génération de colonisés et ses séides venaient à être éloignés de la matérialisation des destinées africaines. Désarmée quant aux suites qu'ils adviendraient de leurs suppôts (véreux laptots), cette infectieuse génération de colonisés, à qui l'Afrique doit l'innombrables des déficits en tous genres, la mort de l'âme en vue, d'un sursaut coup bas, surfe sur la menace directes des intérêts étrangers que caractériserait la fin de rêve des nouvelles générations, en s'ambitionnant à forcer de négociation l'assistance étrangère par le jeu trouble d'envenimer l'autre menace de paix sociétale caractérisée par des nébuleuses contestataires (à l'exemple du groupuscule Boko Haram ou Etat islamique ouest africain). Les voyous enflamment le patriotisme pour leur propre cause !!!

 

Étant les créatures des intérêts étrangers à l'expression africaine, avec le concours desquels ils se déploient à contenir en inactivités les nouvelles générations, les Mugabe, Biya, Sassou, Condé, Nguéma, Dos Santos, etc. (acolytes générationnel infectés), caractérisent ni plus ni moins les causes actuelles de l'émigration massive africaine : ce n'est point la dureté ignoble des régimes de l'infectieuse génération de colonisés qui favorise l'émigration africaine, mais bel et bien les incapacités notoires de ces régimes à porter des rêves et sérénités aux générations nouvelles.


Le dilemme, si tant est qu'il soit, serait à savoir quoi faire de l'infectieuse génération de colonisés : la chassée, pour leurs mentors étrangers, reviendrait à courir le risque de l'inconnu d'avec la chaude bouillante nouvelle génération africaine avide d'expression ! Ou tout simplement favoriser le départ d'une partie de la nouvelle génération africaine afin entretenir le rêve chez la majorité, et s'offrir par là même une marge de manœuvre à reconstituer en nombre une nouvelle forme infectieuse de colonisés (celle là qui grouille tapis dans l'ombre de la servitude étrangère et se prédisposant d'attente à être portée aux destinées africaines).

 

Joseph TAPA                                                              Ü  Accueil


Dans la même rubrique
La construction faussée des sociétés africaines modernes
U-A/CPI : l'extraordinaire sommet de la malhonnêteté
                                                                                                                     G    Haut
Copyright © 2008-2015 "visionafricaine.com" Tous droits réservés.

PLANCHONS SUR LES CAUSES AVANT
LES CONSÉQUENCES DES MAUX AFRICAINS.


138216 visiteurs (372941 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=