Justice Oui ! Mais à qui revient-elle ?

le 01 déc 2010

 Il est fort à parier que nombres d’entrevous chigneraient pour ne pas dire s’opposeraient à ce qu’une tierce personne punisse son enfant, voire un être cher, ayant commis des actes répréhensibles.

Ainsi d’un exemple, accepteriez-vous que le voisin puisse punir ou châtier et non seulement réprimander votre enfant -quand bien même ce dernier serait parfaitement conscient- pour des actes et autres faits ou méfaits commis par lui dans les parties communes de votre lieu d’habitation ?

 

L’attitude humaine étant vraisemblablement propice à la protection, celle-ci d’égoïsme nuirait vraisemblablement ainsi à la bonne harmonie de voisinage. Tout en étant de facto profitable au plus en vue -Fort-.
D’une pacification des rapports sociaux, au titre d’extériorité aux parties à un litige ou différent, visant à contrecarrer les voies de la domination du plus fort, s’est développé et dévolu aux formes organisationnelles groupusculaires -Etats ou communautaires- reconnaissance et charge d’équité et de juste réparation dans la répression à tous écarts ouvrant droit à justice.


La volonté étant influée voire liée à l’intérêt individuel, en guise d’amenuisement de négatif de celle-ci, dans une expression stratégique (politique) nuisible aux bénéficiaires de garantie d’équité et de juste réparation (population), s’est élogieusement développé en suppléance un recours bienveillant à des forces supranationales, telle la cours pénale internationale (CPI).

 

Celle-ci (CPI) dans une quête d’enracinement et au plus haut de légitimation existentielle s’évertue à resplendir sur le dos de l’Afrique et des Africains. Poursuivant d’ignoble -tant il est vrai que l’expérimentation est de toujours sujette à la faiblesse des uns- assertion, l’indécente représentation de l’Africain incapable et nécessiteux particulier.

 

Quelques soient les gravités en faits, méfaits et autres actes répréhensibles attribués d’exécution finale à des Africains et au détriment d’autres Africains.., est-il concevable et voire acceptable que se ne soit pas l’Afrique et ses organismes représentatifs et quelqu’en en soient difficultés qui en viennent à s’illuminer des voies de réparations ?
Où doivent-ils être bonnement contenus -en continuation historique- sous tutelle avec option de curatelle selon bienveillance…

 

L’enfant ne grandit qu’en se détachant de la bienveillance parentale, si tant est que l’on présenterait l’Afrique comme étant enfant -putatif- d’autres que des Africains... Il n'en restera pas moins que l’enfant n’est grand que détaché intellectuellement et en capacité de ses géniteurs, tout en ne leurs reconnaissants plus de possibilité à châtiment à son encontre.

 

Ce qui en vient à s’interpeller sur la perception de l’arrestation et présentation des fils d’Afrique devant la CPI ? Tout comme du profond des volontés de justice illustrées en bonté à l’égard de l’Afrique ?

 

Que dire des renégats dit Africains en raison de représentation de couleur, s’illustrant tapageusement à expliciter de bien fondé l’intrusion directive étrangère dans l’organisation familiale africaine…et de loin amicale voire de collaboration…soutenant hideusement les croyances d’incapacités Africaines…projetant miteusement le désespoir dans des dynamiques contraires.

Où quand le voisin est loué à s’immiscer ou suppléer vos carences. Autrement comment réagirez-vous si votre femme s’en remettait de faveur au voisin, ou mari à la voisine, sous évocation de conviction à maintenir l’unité familiale ou entrée dans une ère nouvelle ?

Là s’en trouve pour ainsi dire les voies de l’indicible..; Indicible reflétant l’outrage et permanente investigation à contrôler l’essor africain.

 

En vertu de quelle œuvre d’esprit, les voies de la réparation ou de la justice devraient suivre une univocité ? Voire le pas d’autres groupuscules ? Si l’Afrique et les Africains ne seraient selon convenance actuellement pas en mesure à porter sous certains angles satisfactions judiciaires à une partie des populations africaines : de qui doivent-ils en attendre d’exigence leur salut ? Si ce n'est d'eux et de propres efforts en la matière ? Quelqu'en soient les difficultés !

 

Tout simplement c’est à l’Afrique de juger les siens et d’en tirer propre leçon et avantage sociétaire…Quand bien même cela souffrirait de lacunes, selon certaines perceptibilités, cela en serait instructif exemple (expérience) pour l’avenir et la jeunesse future. Et si d’avenir celle-ci (jeunesse) advenait à suivre le pas ancestral ou de parents dans l’expression de la réparation et de l’équité voire absence plus ou moins totale, cela prendrait la voie culturelle…à moins qu’il soit au mieux d’apporter aux Africains une culture de choix…Mais alors qui le devrait ?

 

Il n’est d’expérience sans déception et reciproquement...la dangerosité viendrait à vouloir soustraire cela à l’Homme.

Joseph TAPA                                                                  
Ü  Accueil


A lire également:
L'Africain en objecteur de conscience " Doit-on aider l'Afrique"
Soutien économique de l'Africain !!!
Le positionnement africain qu'en pensez-vous
L'intérrogation sur l'Africain

Retrouvez d'autres Publications de cette Catégorie en Cliquant sur ce texte



                                                                                                                        G     Haut
Copyright © 2010 "visionafricaine.com" Tous droits réservés.

PLANCHONS SUR LES CAUSES AVANT
LES CONSÉQUENCES DES MAUX AFRICAINS.


138216 visiteurs (372921 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=